Rentrée parisienneS3-2-

Le IIe Bataillon était, nous le savions, l’éprouvant année à 90% de Pompe… le Tunnel commençait. Mais pour ne pas se laisser abattre, nous décidâmes de marquer une rentrée promo d’envergure en nous donnant rendez-vous une belle après-midi d’août en Grand U dans la Cour d’Honneur des Invalides. Après présentation au Gouverneur militaire de Paris et chant promotion, le général nous reçut dans ses jardins pour un cocktail.

Mais ce n’était là que l’introduction, puisque la Castelnau avait privatisé une péniche pour fêter ses retrouvailles sur les flots de la Seine. Une grande soirée donc, belle nuit blanche avant de reprendre à l’aurore le chemin de la lande bretonne…

Rentrée bretonne

La nuit suivante serait blanche, également : ayant échangé les pantalons garance pour les treillis de combat, il s’agissait cette fois d’atteindre Lima 1 sans se faire déceler… L’exercice Anne-Marie marquait donc cette rentrée avec un parfum de revanche de Zaatcha : au tour de la 6e (ex-10e compagnie) de se frotter à la perfide 5e (ex-9e) en défensive jusqu’au nord de la région, du côté des Côtes d’Armor. Là encore, une malheureuse localité rurale eut à subir l’assaut final de la campagne.

 

Et le siège reprit…

S3-4Ces réjouissances terminées, nous reprîmes avec amertume le chemin de la DGER : le tunnel était cette fois plus obscur que jamais, et nous savions qu’il durerait toute l’année…

Quelques chanceux purent repousser le jour de la rentrée des classes en allant encadrer, en qualité de GAJ à leur tour, le tout jeune bataillon qui venait de prendre notre succession entre le MatCom, la DFM et le Bois du Loup. Pour les autres, les amphis étaient plus étouffants que jamais.

Une sortie provençale vint ensoleiller cette période : accueillie par le 2e REI sur le camp des Garrigues, la promo redécouvrit les joies de l’interarmes et connut ses premières rotations héliportées au cours de plusieurs grands exercices, et s’initia à l’instruction de la tactique niveau section avec les troupes de manœuvre.

S3-5

 

 

 

Moment phare de cette année, nous eûmes la charge de transmettre ensuite à nos jeunes bazars les traditions de Saint-Cyr. Période qui les conduisit, sous notre houlette, un peu partout sur le camp, mais aussi à Verdun et Paris, et qui trouva son aboutissement dans la nuit solennelle et magique du 14 novembre 2012, Grand Soir au cours duquel nous les fîmes à leur tour saint-cyriens.

 

 

Retour à PratzenS3-8

Autre moment fort et traditionnel, le 2S, cette fois-ci organisé par nos soins ! Grande fête donc, que cette Austerlitz à la sauce Castelnau qui fut, de l’avis de tous, un grand cru. Toute la promo mit la main à la pâte pour que, le jour venu, l’Empire puisse mettre la déculottée qui s’imposait à la perfide coalition.

De petites touches personnelles vinrent égayer cette bataille : après que Jules César se trompe d’Empire et salue le public, nos ancêtres les Gaulois de l’irréductible village voisin s’étaient invités, et Panoramix distribua la potion magique aux troupes avant le combat. Les enfants, munis de jumelles, purent rechercher Charlie et son pull rayé, se promenant dans les bataillons. Un commando héliporté vint semer le trouble en haut de Lützen, alors qu’un mortier de 120 venait renforcer l’artillerie impériale. Enfin, alors que les Rois mages apportaient les cadeaux aux autorités présentes, l’Empereur et ses maréchaux, embarqués dans un Puma, survolaient et saluaient la foule en liesse.